2

A woman walks by two canvases titled “Resurrection of Lazarus”, attributed to Pierrez Chirart, which are on view at the Bilbao Fine Arts Museum. Photo: EFE/Alfredo Aldai

BILBAO.- An exhibition of more than one hundred works illustrates how art evolved in Aragon from the Gothic style favoured in the 15th century to the splendour of the Renaissance in the 16th century.

Section one of the show includes a small but valuable selection of works that reflect the influence of the international Gothic style and models from Flemish art. One outstanding sculpture is Pere Joan’s Guardian angel in polychromed alabaster—an essential material in Gothic and Renaissance sculpture in Aragon. In painting, the panels Martyrdom of St. Engracia by Bartolomé Bermejo, in the Bilbao Fine Arts Museum collection, the Descent attributed to Bartolomé Bermejo, in tandem with his disciple Martín Bernat, and The retable of the Holy Cross of Blesa, by Miguel Ximénez and Martín Bernat, are three fine examples of the heights these maestros were capable of.

The second section begins with a group of works that evidence the transition from the Gothic scheme of things to Renaissance ideals in a synthesis of the Flemish and Italian idioms. Contributions from the Museum of Zaragoza collection mean that the superb sculptor Damián Forment, one of the great figures of the Spanish Renaissance, is the artist best represented here. Particularly interesting are the St. Onuphrius and two Virtues, all in alabaster. In the early decades of the 16th century, the large group of sculptures by Forment and his disciples, together with others by contemporaries like Frenchman Gabriel Joly, the Italian Juan de Moreto and Aragon-born Gil Morlanes the Younger, consolidated the new style of the golden age of art in Aragon. Mostly executed in wood and alabaster, the sculptures and reliefs are generally polychromed pieces taken from retables. They undoubtedly set the standards and guidelines for the following generation.

Accompanying them are several works by the painter Jerónimo Cósida, one of the finest artists in Aragon at the time. After some early works influenced by Raphael, Cósida’s Italianate style was particularly appreciated for its beautiful use of colour and the delicate modelling of the figures. Two Italian artists, Tomás Peliguet and Pietro Morone, well acquainted with the works of both Raphael and Michelangelo, introduced full-blown Renaissance forms in painting in Aragon through their contributions to retables and mural painting projects.

From 1570 on, the Rome-inspired new classicism appeared in the late stage of sculpture in Aragon. A major figure here was Basque sculptor Juan de Anchieta, who, in his monument entitled Christ for the church of the Hospital de Gracia and his Calvary, in the Bilbao Fine Arts Museum collection, synthesized the treatment of the nude as developed by Michelangelo with the emotional expressionism of Juan de Juni. Anchieta was an excellent maestro in the carvings for Christ Crucified, which ushered in the shift in the models used for this iconography in art in Aragon.

The interest of Martín de Gurrea y Aragón, Duke of Villahermosa, in the genre of the portrait is typical of Renaissance civilization. Highly cultured, a collector of antiquities and paintings, in his time in the Low Countries, Villahermosa persuaded painters Paul Scheppers and Roland de Moys to work for him in Aragon. The works of these two Flemish artists, who had previously visited Italy, signalled the main guidelines for painting in Aragon as the Renaissance drew to a close.

2

Damián Forment, Piedad, c. 1522 - 1525. Alabastro policromado, 40 x 50 x 20 cm. Obispado de Huesca (Catedral de Huesca. Retablo de Santa Ana, la Virgen y el Niño).

Bilbao, Espagne - Une exposition de plus d'une centaine d'oeuvres illustre comment l'art a évolué en Aragon de style gothique est favorable dans le 15ème siècle à la splendeur de la Renaissance au 16e siècle. Grâce à une sélection d'une centaine d'œuvres, dont des peintures , sculptures, dessins et objets en métaux précieux, l'exposition montre comment l'art a évolué en Aragon dans le 15ème et le 16ème siècle. Bon nombre des oeuvres exposées proviennent du Musée de Saragosse, où la réforme en cours a fait de ce travail exceptionnel de prêt possible. Une section de l'exposition comprend une petite mais précieuse sélection d'œuvres qui reflètent l'influence du style gothique international et les modèles de l'art flamand. Une remarquable sculpture de Joan Pere Guardian angel en albâtre polychrome, un élément essentiel en matière de style gothique et Renaissance, la sculpture, en Aragon . Le salon 15 Juin au 20 Septembre, 2009 au Musée des Beaux-Arts de Bilbao.

En peinture, les panneaux Martyre de Saint-Engracia par Bartolomé Bermejo, dans le Musée des Beaux-Arts de Bilbao collecte, la Descente attribués à Bartolomé Bermejo, en tandem avec son disciple Martín Bernat, et le retable de la Sainte Croix de Blesa, par Miguel Ximénez Martín et Bernat, sont trois exemples de la hauteur de ces maîtres sont capables.

La deuxième section commence par un groupe d'œuvres que la preuve de la transition de l'ordre des choses gothique à la Renaissance dans une synthèse des idéaux de la Région flamande et italienne idiomes. Contributions du Musée de Saragosse collection que le superbe sculpteur Damián Forment, l'une des grandes figures de la Renaissance espagnole, est l'artiste le mieux représenté ici. Particulièrement intéressant est le Saint-Onuphrius et deux vertus, tout en albâtre. Dans les premières décennies du 16ème siècle, le grand groupe de sculptures de Forment et de ses disciples, en collaboration avec d'autres contemporains, comme par le Français Gabriel Joly, l'Italien Juan de Moreto-né et de l'Aragon Gil Morlanes le Jeune, a consolidé le nouveau style de la l'âge d'or de l'art dans l'Aragon. Mostly exécutés en bois et en albâtre, des sculptures et des reliefs polychromes pièces sont généralement prises de retables. Ils ont sans doute établir des normes et des lignes directrices pour la génération suivante.

Les accompagnent sont de plusieurs œuvres de l'artiste peintre Jérôme Cosida, l'un des meilleurs artistes de l'Aragon à l'époque. Après quelques premières œuvres influencées par Raphaël, Cosida du style italien est particulièrement apprécié pour sa belle utilisation de la couleur et la délicatesse de modélisation des données. Deux artistes italiens, Tomás Peliguet et Pietro Morone, bien connaître les œuvres de Raphaël et Michel-Ange la fois, a présenté véritable Renaissance formes dans la peinture en Aragon par le biais de leurs contributions aux retables et peintures murales des projets.

Depuis 1570, le Rome-classicisme inspiré de nouvelles paru dans la dernière phase de la sculpture, en Aragon. Une grande figure de l'espèce était sculpteur basque Juan de Anchieta, qui, dans son monument intitulé Christ pour l'église de l'Hôpital de Gracia et de son calvaire, dans le Musée des Beaux-Arts de Bilbao collecte, le traitement de la synthèse de la nudité telle que développée par Michel-Ange de la émotionnelle de l'expressionnisme Juan de Juni. Anchieta est un excellent maître de sculptures pour le Christ crucifié, qui ont ouvert la voie au changement dans les modèles utilisés pour cette iconographie dans l'art d'Aragon.

L'intérêt de Martín de Gurrea y Aragón, duc de Villahermosa, dans le genre du portrait est typique de la Renaissance, la civilisation. De grande culture, un collectionneur d'antiquités et de peintures, de son temps aux Pays-Bas, Villahermosa persuader les peintres Paul Scheppers et Roland de Moys de travailler pour lui dans l'Aragon. Les œuvres de ces deux artistes flamands, qui avait déjà visité l'Italie, a marqué les grandes lignes de la peinture en Aragon que la Renaissance a appelé à un proche.

Aujourd'hui, le Musée des Beaux-Arts de Bilbao a collecté plus de sept mille œuvres, dont des peintures, sculptures, oeuvres sur papier et des arts appliqués, allant dans le temps du 12e siècle à nos jours. En plus de nombreux grands maîtres anciens et les premiers travaux, il a également un large échantillon de l'art moderne et contemporain, en mettant particulièrement l'accent sur des tableaux de l'école flamande et espagnole, avec une importante collection d'oeuvres d'artistes basques. Visite: www.museo bilbao. com /