1

Lot 66. Paire de pots-pourris, Chine, époque Kangxi (1662-1722) pour la porcelaine; Paris, époque Louis XVI, vers 1780-1785 pour la monture. Estimation : 25 000 € / 35  000 €. Photo Kohn.

Porcelaine famille verte et bronzes dorés - H. 29 cm, L. 11,5 cm, P. 11,5 cm - Accidents réparés à un couvercle.

Cette paire de pots couverts en porcelaine s’agrémentant d’une riche monture en bronze doré témoigne de tout le raffinement dont les artistes et marchands merciers ont su développer au cours de la seconde partie du XVIIIe siècle afin de répondre à la demande toujours croissante d’une clientèle exigeante en matière d’art décoratif. 

De forme ovoïde, les pots en porcelaine de la Chine présentent un fond blanc rehaussé de motifs polychromes dits « modèles ». Destinés à laisser échapper des parfums, leur couvercle est agrémenté de quatre percements ronds. Ils s’ornent d’une importante monture en bronze ciselé et doré composée d’une prise en forme de graine, d’épaisses bagues soulignant les orifices, une galerie repercée à décor d’une frise de rinceaux ponctués de fleurons et de têtes d’aigles encadrant des urnes enflammées ; des anses en anneaux mobiles travaillés en torsades soulignés d’enfilades de perles, de chaînettes rattachées aux anneaux, des culots à bandeaux à canaux se terminant par des motifs sphériques à frises moletées. 

Ils reposent sur un haut piètement en trépied à l’antique constitué de trois montants curvilignes supportés par des griffes de lion émergeant d’acanthes, terminés en volutes surmontant des guirlandes de laurier en chute auxquelles se rattachent des chaînettes. 
Une base triangulaire à côtés rentrant supporte l’ensemble. 

La créativité en matière d’objet monté connut son apogée au XVIIIe siècle. Il suffit de se reporter aux catalogues de vente et inventaires après décès de l’époque pour constater l’attrait des plus grands collectionneurs pour les pièces en porcelaine importés d’Extrême- Orient par les marchands-merciers parisiens. Ainsi le Duc d’Aumont, Ier Gentilhomme de la Chambre du Roi, rassembla à partir de 1776 une importante collection d’objets d’art qui fut dispersée lors d’une vente aux enchères après son décès en 1782 et dont une grande partie se retrouve aujourd’hui dans les institutions muséales internationales. L’un d’eux, un vase pot-pourri en porcelaine du Japon, présente une monture en bronze doré sur un piètement en trépied dont les pieds terminés en griffes de lion est très proche de notre paire. Ces pieds léonins se retrouvent également sur un vase en porcelaine bleue de Sèvres conservé au Louvre. 

Le modèle du trépied à l’antique se retrouve sur des réalisations de bronziers comme Pierre Gouthière (1732-1813) ou Pierre-Philippe Thomire (1751-1843) sur des coupes et vases en porcelaine, marbre ou pierres dures.

Dessins et Tableaux Anciens XVIIe - XVIIIe siècles, Sculptures, Objets d'Art, le 15 Septembre 2016 à 18h. KOHN, 75008 PARIS