1

Lot 71. Paire de bergères royales à la Reine d'époque Transition, estampille de Jean Boucault, vers 1770, livrées en 1783 au baron de Breteuil au château de Versailles. H.: 103 et 101,5 cm. (40 ½ and 40 in.) ; L.: 77 cm. ( 30 ¼ in.). Estimate EUR 150,000 - EUR 200,000 (USD 170,968 - USD 227,957). © Christie's Images Ltd 2018

En hêtre mouluré, sculpté et doré, à décor d’une frise de feuillage doublée d’un perlé, le dossier à la Reine à léger épaulement, les accotoirs munis de manchettes, garnis en plein et terminés par un enroulement, leur console en coup de fouet à cannelures torses recouvertes en partie basse d’une large feuille d’acanthe, la ceinture légèrement cintrée à l’arrière reposant sur quatre pieds en ressaut à cannelures torses et terminés par des feuillages, chaque bergère estampillée I.BOUCAULT, la première sur la traverse avant à deux reprises et la seconde sur la traverse avant et marquée du W couronné sur les traverses avant et arrière pour la première, et sur les traverses avant et arrière pour la seconde, les sangles de la seconde inscrites à la craie blanche Rothschild, couverture de velours gaufré bleu nuit, avec un carreau et coussin ; la seconde bergère restaurée avec les pieds arrières remplacés et quelques restaurations .

Jean Boucault, reçu maître en 1728.

ProvenanceLivrées en 1783 par Claude-François Capin à Louis-Charles-Auguste Le Tonnelier, baron de Breteuil ;
Citoyen Gastinel, Vente révolutionnaire, Garde Meuble National, 25 novembre 1793 (5 frimaire an II), lot 5672 ; 
Collection Jacques de la Béraudière, vente 18-30 mai 1885, lot 902 ;
pour l'une, collections Rothschild ;
pour les deux, collection Adolphe et Victoire Niel.

Literature"Et si Versailles se cachait dans le Lubéron" in Maison et Jardin, octobre 1968, n° 147, p. 100.
M. Burkhardt, Le Mobilier Louis XVI, 1970, p. 18.
C. Baulez, "Fauteuil à la reine provenant d'un mobilier de salon acquis en 1783 par le Garde-Meuble de la Couronne (...)", in Steinitz, 2016, p. 310.

Bibliographie comparative:
A. G. Victoria et al., The Master Chair-makers Art. Frederick P. Victoria & Son, New York, 1984, n. 24.
B. Pallot, L'Art du siège au XVIIIe siècle, Paris, 1987, p. 192.
P. Kjellberg, Le Mobilier français du XVIIIème siècle, Paris, 1989, p. 84.
C. Bremer-David et al.Decorative Arts, An illustrated Summary Catalogue of the Collections of the J. Paul Getty Museum, Malibu, 1993, p. 67, ill. 98.
C. Baulez, "Fauteuil à la reine provenant d'un mobilier de salon acquis en 1783 par le Garde-Meuble de la Couronne (...)", in Steinitz, 2016, pp. 306-313.

Note: Cette exceptionnelle paire de bergères « à la Reine » fut livrée à Versailles en 1783 pour l’appartement de fonction du baron de Breteuil, Secrétaire d’Etat à la Maison du Roi. Elles portent l’estampille de Jean Boucault et la marque au feu « W » surmontée d’une couronne fermée, apposée sur tous les meubles acquis pour Versailles par le Garde-Meuble de la Couronne.

2

Portrait présumé de Charles-Auguste Le Tonnelier, Baron de Breteuil

Grâce à l’étude exhaustive de M. Baulez (cat. Steinitz, Paris, 2016, pp.306-313) l’histoire de ces deux bergères a pu être parfaitement retracée. Ces deux sièges royaux font à l’origine partie d’un important ensemble fourni par le tapissier ordinaire du Roi Claude-François Capin destiné au nouveau ministre de Louis XVI: Louis-Charles-Auguste Le Tonnelier, baron de Breteuil. Nos bergères furent donc installées au premier étage de l’aile Nord du château, ou aile des Ministres, dans les appartements qu’avaient occupés et fait redécorer le duc de Choiseul vingt ans plus tôt. Il est plausible que le mobilier comprenant nos bergères ait été, comme le suggère M. Baulez, acquis à la demande de Breteuil auprès de Choiseul.

L’ensemble comprenait alors « un meuble de lampas composé d’une tapisserie avec bordure, d’un grand canapé en confident, d’un tête-à-tête à carreau, de deux bergères à la reine, de six fauteuils, de quatre chaises, de quatre rideaux en huit parties de lampas », le tout étant estimé 23 350 livres (Arch. Nat. O1 3534).

Il fut complété par la suite, comme nous l’indique l’inventaire du domaine de Versailles en 1793, puis vendu lors des ventes révolutionnaires. Le citoyen Gastinel se retrouve adjudicataire de ce lot, le 5672ème de la vacation du 25 novembre, pour 1610 livres (Arch. Yvelines, II Q 71). L’important ensemble est ensuite éclaté, et réapparaît au fil des ventes, notamment en mai 1885, quand est dispersée la collection du comte Jacques de la Béraudière. Sous le numéro de lot 902 figure un beau meuble de salon du temps de Louis XVI, en bois sculpté et doré, à feuilles et perles et à pieds cannelés en spirale. Il est couvert de lampas du temps à fleurs blanches sur fond ponceau et se compose d’un grand canapé cintré avec siège aux angles, de deux marquises et de quatre chaises. Chaque siège est formé d’un coussin rapporté et le canapé d’un rouleau et de deux coussins. Les bois portent comme marque le nom frappé de I. Boucault et un W surmonté d’une couronne brûlé au fer.

Aujourd’hui plusieurs éléments sont localisés et appartiennent aux grandes collections publiques et privées américaines et françaises :

- Une des marquises fut offerte par les Niel au château de Versailles (musées des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. Vmb. 14357), une autre est la propriété de la fondation F. Bemberg.

Attribué à Jean Boucault (vers 1705-1786), Marquise à la reine et à carreau avec un dossier en chapeau de gendarme ; hêtre sculpté et doré ; décor de feuilles d'eau, perles et feuilles d'acanthe aux accotoirs ; quatre pieds tournés avec canelures torses ; un coussin en velours rouge, 97 x 87 x 72 cm. Cette marquise faisait partie d'un vaste ensemble comprenant quatre chaises, six fauteuils, deux bergères et un grand canapé à confident, exécuté vers 1765-1770 et acquis en 1783 du tapissier Capin, par la Boutique de Versailles, pour le service du baron de Breteuil. Préemption en vente publique à Paris, galerie Charpentier, le 6 avril 1954, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, VMB14357. Photo © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Franck Raux

- J. Paul Getty acquit en 1971 deux des quatre chaises, maintenant au musée qui porte son nom (vente Anna Thomson Dodge, Christie’s, 24 juin 1971, lot 65 ; Getty Museum inv. 71.DA.92). Une autre est au musée Nelson Atkins de Kansas City (inv. 32-191/10).

5

Jean Boucault (French, 1705 - 1786, master 1728), Side Chair (chaise à la reine), about 1765–1770. Gessoed and gilded beech; modern silk velvet upholstery, 91 × 57 × 66.5 cm (35 13/16 × 22 7/16 × 26 3/16 in.), The J. Paul Getty Museum, Los Angeles, 71.DA.92.1. © Image courtesy of the Getty’s Open Content Program

32_191_10_Boucault_SideChair_frontLeftOblique

Jean Boucault (French, 1705 - 1786), Louis XV Chair, ca. 1765. Wood with gold leaf and upholstery, 35 5/8 × 22 1/2 × 25 1/2 inches (90.49 × 57.15 × 64.77 cm). Purchase: William Rockhill Nelson Trust, 32-191/10. © Photo courtesy Nelson-Atkins Media Services/ Jamison Miller

A la faveur de ces redécouvertes, nul doute que la totalité du mobilier de Boucault sera un jour retrouvé. Un temps dissociée, puisque l’une seulement a appartenu aux collections Rothschild, notre paire de bergères a elle été réunie par les Niel dans les années 1960.

Couple passionné par les arts décoratifs du XVIIIe siècle, le couple Niel est intimement lié à l’histoire récente du mobilier royal de Versailles. Adolphe Niel (1879-1966), petit-fils du Maréchal Niel, épouse Victoire de Gasquet-James, riche héritière américaine, en 1921. Une série de pièces emblématiques viendront meubler leur maison du Lubéron et l’appartement parisien du 44 avenue Gabriel. De nombreux meubles royaux accompagnaient nos sièges, comme un tabouret de Jean-Baptiste Boulard livré pour Madame Victoire au château de Bellevue ou une bergère livrée à Madame Elisabeth pour ses appartements au château de Compiègne. Le couple s’est aussi illustré par sa générosité en offrant aux musées un bon nombre de ces pièces. Trois au moins rejoignirent Versailles où ils étaient nés, dont un guéridon en acier, bois pétrifié et bronze doré, de Marie-Antoinette (inv. Vmb 14799), et la marquise de Boucault.

D’autres toutefois furent vendus, comme notre paire de bergères que le couple céda à Juan de Beistegui. Aucun amateur éclairé ne s’étonnera à la vue de ces deux sièges, de l’engouement qu’ils ont suscité et du prestige de leur pedigree.

Jean Boucault signe en effet ici une réalisation magistrale. Ce menuisier en meubles, né vers 1705 et mort à Paris en 1786 fut reçu maître le 8 avril 1728. Etabli rue de Cléry il se distingue par des ouvrages d’excellente facture, à la sculpture particulièrement soignée et au dessin agréable et nerveux. 

Cette paire de bergères ne fait pas exception à la règle. Dans cette époque de transition entre l’exubérance rocaille et la sévérité d’une antiquité retrouvée, Boucault parvient à concilier avec grâce deux esthétiques contradictoires. Les pieds ne sont plus cambrés mais les cannelures torses leur permettent de garder cette souplesse des sièges de l’époque Louis XV. Et si le répertoire décoratif adopté pour orner nos bergères est résolument Louis XVI : feuilles d’acanthe, frises de perles et de feuillages ; les supports d’accotoir en coup de fouet et la ligne ondulée du dossier leur conservent le charme du style précédent. A l’harmonie générale qui s’en dégage, aucun détail n’a été sacrifié ; a contrario : le léger épaulement du dossier, la subtile jonction des pieds à la ceinture, le sens de torsion des cannelures inversé d’un pied à l’autre, chaque raffinement a été mûrement réfléchi et parfaitement exécuté pour donner à ces bergères l’allure et l’unicité des chefs-d’œuvre.

Christie's. Collection Juan de Beistegui, Paris, 10 September 2018