2811une

École flamande du XVIIe siècle, atelier de Frans Snyders. La Chasse au sanglier, toile, 172 x 264 cm. Estimation : 80 000/100 000 €

Il n’est pas le plus attendu parmi cette quarantaine de tableaux anciens - une toile de Jean-Honoré Fragonard, Le Rocher, connue des amateurs, est par exemple espérée entre 200 000 et 300 000 € –, mais notre tableau devrait toutefois être disputé à près de 100 000 €. Cette scène de Chasse au sanglier de l’école flamande XVIIe était conservée depuis 1985 dans une collection privée japonaise. Non signée, notre grande composition est l’oeuvre d’un artiste de l’atelier de Frans Snyders (vers 1579-1657), une reprise avec quelques variantes d’une toile de ce dernier, appartenant désormais à la maison Rockox d’Anvers. Grand gibier le plus abondant de nos jours en France, dépassant en nombre cerfs et chevreuils, le sanglier est l’objet depuis plusieurs siècles d’une chasse acharnée, à laquelle, paraît-il, sa fécondité et son intelligence lui ont permis de résister. L’animal semble ici encore bien vigoureux malgré l’assaut de sept chiens, dont certains semblent en revanche en fâcheuse posture. Si l’issue de cet impitoyable combat reste incertaine, on appréciera déjà la belle exécution des têtes du plus fidèle ami de l’homme. Une qualité qui laisse d’ailleurs penser à la participation De Paul de Vos, celui-ci ayant travaillé dans l’atelier de Frans Snyders. Après des débuts comme peintre de fleurs et d’intérieurs paisibles, ce dernier se fait une spécialité des scènes de chasse, qu’il traite comme des peintures d’histoire, tant par le choix de format des toiles que dans leur exécution. Difficile de ne pas comparer ses animaux en lutte à des hommes au combat : ils s’écrasent, se mordent, s’étouffent et se déchirent sans pitié. Ses élèves ont retenu ses leçons, à moins qu’ils n’aient, eux aussi, observé avec beaucoup d’attention leurs contemporains...

Jeudi 18 décembre, Hôtel Marcel-Dassault. Artcurial - Briest - Poulain - F. Tajan SVV. Cabinet Turquin.