giovanni_domenico_tiepolo_la_vocation_des_fils_de_zebedee_d5543471h__1_

Giovanni Domenico Tiepolo  (Venise 1727-1804); La vocation des fils de Zébédée (Matthieu 4:21-22)Photo: Christie's Images Ltd 2012

signé 'Dom. Tiepolo f.' (en bas à droite) et numéroté '405' (en haut à droite), pierre noire, plume et encre noire, lavis brun, gris, brun-orange, et bleu, traits d'encadrement à la plume et encre brune; 478 x 366 mm. Estimate €100,000 - €150,000. Price Realized €181,000

Provenance: Probablement Victor Luzarche.
Roger Cormier, Tours ; Paris, Galerie Georges Petit, 30 avril 1921, lot 46.
Ancienne collection d'un amateur parisien.  

A l'âge de soixante ans, entre 1785 et 1790, Giovanni Domenico Tiepolo concrétise son projet d'illustration de la Bible ; de ce vaste projet naît un exceptionnel ensemble qui compte aujourd'hui 317 dessins constituant la célèbre Bible illustrée de l'artiste. Puisant dans différentes sources littéraires, la Bible bien sûr, mais aussi la Légende Dorée, les évangiles apocryphes ou encore les Meditationes vitae Christi de saint Bonaventure, Tiepolo offre une vision théâtrale et puissante des épisodes bibliques.

Tiepolo ne vendit pas les dessins de son vivant, mais la série fut dispersée à sa mort, en 1804. Par la suite, Jean Fayet Durand (1806-1889) légua au musée du Louvre, en 1893, un ensemble de 138 feuilles de la série qu'il avait acquis à Venise, sur la place Saint Marc, en 1833, qui depuis son don porte le nom de Recueil Fayet.

Un autre ensemble de 175 feuilles avait été acheté, probablement à la même époque en Italie, par Victor Luzarche (1803-1896), maire de Tours. Ces dessins furent ensuite la propriété de Camille Rogier (1805-1893) et 55 d'entre eux furent publiés par Henri Guerlin en 1921. La même année, le 30 avril 1921, 82 de ces dessins furent dispersés en vente publique à Paris par Georges Petit, appartenant à Roger Cormiers de Tours.
C'est à ce second ensemble qu'appartient l'un des deux dessins présentés ici. En effet, le numéro 46 de la vente du 30 avril 1921 correspond à La vocation des fils de Zébédée.

LiteratureH. Guerlin, Giovanni Domenico Tiepolo. Au temps du Christ, Tours 1921, pp. 57-8, ill.
C. Conrad, Die grossformatigen religiösen Zeichnungen Giovanni Domenico Tiepolo, thèse de doctorat, Université de Heidelberg, 1996, no. 104.
A. Gealt et G. Knox, Domenico Tiepolo. A New Testament, Bloomington 2006, no. 113, ill.

NotesLa vocation des fils de Zébédée vient se placer, au sein de la Bible illustrée, immédiatement après un dessin conservé au Louvre intitulé André présente Pierre à Jésus (Gealt-Knox, op.cit., no. 112). La source iconographique en est l'Evangile selon saint Matthieu : " Et avançant plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère, dans leur barque, avec Zébédée leur père, en train d'arranger leurs filets ; et il les appela. Eux, aussitôt, laissant la barque et leur père, le suivirent. " (Mt 4 : 21-22). C'est cette double conversion que l'artiste illustre magistralement dans un style caractéristique de la série : une grande feuille où d'amples lavis esquissent des effets de lumière, un trait nerveux dessine des attitudes exacerbées et la craie noire vient, dans un premier temps, coucher sur la feuille les premiers traits de la composition. Ce dessin est pour sa part empreint de l'identité vénitienne de son auteur par la citation, récurrente dans l'ensemble de la Bible illustrée, des mains jointes du David ayant tué Goliathpeint par Titien au plafond de l'église Santa Maria della Salute en 1540 et qui se retrouve cité dans d'autres feuilles de la série (voir Gealt-Knox, op.cit., nos. 83, 92, 212).

Exceptionnelle et inhabituelle est l'addition dans la feuille du lavis bleu qui occupe le bord inférieur et que Tiepolo utilise pour indiquer la présence de l'eau du lac. Guerlin, en 1921, fasciné par ce dessin le décrit ainsi : "Que le paysage évangélique soit inspiré par les rives du lac de Garde ou par celles du lac de Tibériade, peu importe, pourvu que l'imagination du public se laisse docilement suggérer qu'il a devant les yeux un site authentique. Mais il est indispensable qu'il n'ait pas l'impression d'avoir en face de lui un paysage abstrait et conventionnel. Sans quoi, l'artiste n'atteint pas son but, qui est de persuader et d'émouvoir. Tiepolo a parfaitement compris cette vérité" (Guerlin, op. cit., p. 58). 

Christie's. Dessins Anciens et du XIXème Siècle, 29 March 2012, Paris