54958057923804591_KTFDn57h_c

54958057923804592_iJcnmACF_c

54958057923804595_V6Dv923M_c

Secrétaire à culbute. Par François Lesueur (mort vers 1765). Reçu Maître le 22 septembre 1757. France, époque Louis XV, vers 1757-1765. Photo Kohn

Merisier, placage de palissandre et cuir. H. 69 cm, L. 69 cm, P. 41 cm. Estampillé F. LESUEURS et Marque JME. Estimation : 20 000 / 30 000 €

Ce secrétaire à culbute a récemment été restauré. ILa conservé son cuir d'origine au revers du plateau. Seule la clef en acier bleui a été restituée. Ce secrétaire de forme rectangulaire offre, fermé, l'aspect d'une table à corps d'entrejambe suspendu qui, en basculant, devient un bureau en dos d'âne à gradin à tiroirs et guichet.
Le dessus en volet se rabat vers l'avant entraînant le corps du gradin qui est en quart de cercle. Une simple pression sur un élément métallique, restitué, permet d'ouvrir le meuble. Ce bureau à culbute comporte aussi un pupitre inclinable, constitué par le dessus en partie levée.

Il repose sur un piètement légèrement cambré.

Conçu en merisier, il présente des incrustations de filets de palissandre visibles sur les arêtes des pieds et sur la face du plateau ornée d'une étoile centrale.
Le revers de celui-ci en cuir est noirci à la noix de Galles.
La grande sobriété d'ornementation tranche avec l'ingéniosité de la conception.

Apparu au milieu du XVIIIe siècle, ce type de meuble s'inscrit dans le goût des Lumières pour le mobilier à transformation et à mécanisme piquant la curiosité et permettant de multiplier les usages d'un même meuble. En témoignent quelques rares commodes se transformant en lit pour femme de chambre, les tables à la Bourgogne ou ces meubles à secrets dont les jeux de serrures sont composés de mécanismes complexes. Ce type de table mécanique dit « secrétaire à culbute », selon l'appellation originale, connut un grand succès dans les années 1750 et 1760 et découle de l'invention par Antoine Gaudreaux (vers 1680-1751) du premier secrétaire en dos d'âne livré pour Marie Leszczynska à Fontainebleau (1733). Roubo a d'ailleurs détaillé la construction des secrétaires à culbute dans son Encyclopédie publiée en 1774. Plusieurs secrétaires à culbute sont connus, conservés au château de Vendeuvre, au château de Brissac ou au musée Rolin d'Autun. D'autres portent notamment l'estampille de Bonnemain, de Gosselin ou de Boudin. Mais l'exemplaire du Musée des Arts Décoratifs de Paris, en tout point identique à notre bureau tant pour la forme que pour le traitement du placage, est le plus remarquable (fig.2).

La biographie de l'ébéniste François Lesueur est peu développée à ce jour.

Il fut reçu Maître ébéniste en 1757 serait décédé vers 1765.
Le livre de son confrère ébéniste et marchand Pierre Migeon le mentionne pour la livraison de plusieurs secrétaires «à culbute».

Il fut surtout réputé pour ses meubles de petites dimensions. Ce meuble s'inscrit dans la production courante d'oeuvres en merisier ou en noyer réalisées en série ou sous-traités par les grands ébénistes mais qui atteste de sa grande originalité par ses formes harmonieuses, son ornementation sobre et élégante et son mécanisme ingénieux.

Kohn. Samedi 15 septembre 2012. Hôtel Le Bristol, Salon Castellane - 112, rue du Faubourg Saint Honoré - 75008 Paris www.kohn.com