1400841255340215

1400841284927174

1400841285290360

Masque cultuel, Teotihuacan, Mexique, période classique, 450-750 après JCPhoto courtesy Alain Castor - Laurent Hama

représentant un visage humain à l’expression hiératique et intemporelle, les traits sont sculptés avec finesse et délicatesse, ils sont ici idéalisés à l’extrême.

La bouche est ouverte et les lèvres sont charnues.
Son nez est aquilin, sa racine rejoint des arcades sourcilières fines et légèrement arquées qui se confondent avec un front fuyant.
Les yeux sont creusées en forme d’amande, ils accentuent le regard fixe et puissant.
Les paupières supérieures sont soulignées par une rainure.
Les cavités des yeux et de la bouche étaient comme il est d’usage probablement incrustées de coquillage ou de pierre semi-précieuse.
Les oreilles rectilignes et schématisées sont saillantes.
Les lobes sont perforés, deux trous d’attache communicants sont situés au-dessus et en-dessous de chaque oreille.

Albâtre vert veiné à reflets nuageux (Técali). Hauteur : 14,6cm ; Largeur : 16cm ; épaisseur : 8,5cm.

Provenance : Collection privée, Paris. Acquis par son ancien propriétaire monsieur Yvan Collet à Raoul Kämpfer en décembre 1969.

Bibliographie : Felipe Solis, Teotihuacan, Cité des Dieux ; catalogue de l’exposition du musée du Quai de Branly en 2009.

Seront remis à l’acquéreur :
Un certificat de libre-circulation du ministère de la culture ; réf 059804.
Un certificat de provenance de Monsieur Guy Joussemet
Certificat d’authenticité de la Galerie Mermoz
Une analyse scientifique concluant l’authenticité de cette œuvre réalisée par le laboratoire MSMAP, Bordeaux.

Ce masque aux traits réguliers, idéalisés et à l’expression d’une grande sérénité reflète l’apogée de la civilisation Teotihuacan qui se situe entre 450 et 750 après JC.
Cette civilisation doit son nom au célèbre site archéologique de Teotihuacan qui signifie La cité des Dieux . Civilisation agraire dans un premier temps, Teotihuacan imposa progressivement son hégémonie à travers toute la Méso-Amérique en exerçant une influence politique, religieuse et artistique significative. Sur le plan artistique, les grandes réalisations architecturales ainsi que les masques en pierre illustrent le génie de cette civilisation.
Ces masques, comme celui proposé, en majorité de taille humaine, sont pourvus de trous de suspension et pouvaient être fixés sur des statues de bois et utilisés lors de cérémonies.
Ils furent pour la plupart retrouvés dans des cachettes votives près des centres religieux.
Le traitement délicat et épuré de la surface, soutenu par la blancheur diaphane de l’albâtre, confère à ce masque beauté et esthétique uniques à cette civilisation.

ALAIN CASTOR - LAURENT HARA. Art de l'Amérique Pré-Colombienne. 16 Juin 2014 à 14h. DROUOT RICHELIEU - SALLE 4 - 9, RUE DROUOT - 75009 PARIS. Tel: 01 48 00 20 06