affiche-de-lexposition-greco-2

PARIS - Cette rétrospective est la première grande exposition jamais consacrée en France à cet artiste.

Né en 1541 en Crète, Doménikos Theotokópoulos, dit Greco, fait son premier apprentissage dans la tradition byzantine avant de parfaire sa formation à Venise puis à Rome.

C’est cependant en Espagne que son art s’épanouit et s’implante durablement à partir de la décennie 1577. Attiré par les mirifiques promesses du chantier de l’Escorial, l’artiste importe dans la péninsule la couleur du Titien, les audaces du Tintoret et le style héroïque de Michel-Ange. Cette éloquente synthèse, originale mais cohérente par rapport à son itinéraire, donne à Greco, mort quatre ans après Caravage, une place particulière dans l’histoire de la peinture : celle du dernier grand maître de la Renaissance et du premier grand peintre du Siècle d’Or.

Redécouvert à la fin du XIXe siècle, célébré par les écrivains, reconnu et adopté par les avant-gardes du début du XXe , l’artiste jouit ainsi du double prestige de la tradition et de la modernité, reliant le Titien aux Fauves, le maniérisme au cubisme, à l’expressionnisme, au vorticisme, à l’abstraction jusqu’à l’action painting.

Greco est également un insatiable inventeur de formes, mettant au point des compositions innovantes et audacieuses sur lesquelles il n’aura de cesse de revenir tout au long de sa carrière, variant les effets, les moyens plastiques, les intentions de son discours. L’indépendance assurée de son approche n’a alors d’égal que la liberté électrique de sa palette et de son pinceau.

Parmi les angles scientifiques particuliers qui sont développés : la mue impressionnante du peintre à ses débuts, de l’art d’icône à son adhésion esthétique au courant vénitien ; ses inventions et variations, qui permettent, sur un même thème, de mesurer le caractère novateur de son art et de suivre le cheminement de son style de Venise à Tolède ; sa sensibilité, plus humaniste que mystique, son tempérament spirituel, fougueux et littéraire.

Sa production abondante et le spectacle que donnent chaque fois ses compositions garantissent de pouvoir retracer l’ensemble de la carrière du peintre, articulée par des œuvres fortes et décisives, pour restituer au public une image juste, puissante mais aussi inattendue d’un artiste qu’on croit connaître à travers une dizaine d’œuvres, mais qu’une rétrospective complète contribuera à éclairer d’une lumière nouvelle, favorisant émotions, découvertes et redécouvertes autour d’un artiste intemporel frappé du sceau de la modernité.

16 octobre 2019 - 10 février 2020

la_veronica_museo_santa_cruz-1280x720

Greco (dit), Theotokopoulos Domenico, Sainte Véronique, Vers 1580, Huile sur toile, 91 × 84 cm, Tolède, Museo de Santa Cruz, Gobierno de la Junta de Comunidades de Castilla – La Mancha ©  RMN-Grand Palais

300dpi-La-Cène

Greco (dit), Theotokopoulos Domenico, La Cène ou Le Dernier Repas du Christ, 1567-1570, Huile sur panneau, 41,5 × 51 cm, Bologne, Pinacoteca Nazionale. Photo © Archives Alinari, Florence, Dist. RMN-Grand Palais / Mauro Magliani

300dpi-Saint-Luc

Greco (dit), Theotokopoulos Domenico, Saint Luc, Vers 1605, Huile sur toile, 98 × 72 cm Tolède, Cabildo Catedral Primada. Photo © Archives Alinari, Florence, Dist. RMN- Grand Palais / Raffaello Bencini

300dpi-Portrait-du-cardinal-Nino

Greco (dit), Theotokopoulos Domenico, Portrait du cardinal Niño de Guevara, Vers 1600, Huile sur toile, 171 × 108 cm, The Metropolitan Museum of Art, New York; H.O. Havemeyer Collection, legs de Mrs. H.O. Havemeyer, 1929. Photo: © Metropolitan Museum of Art, New York

portrait-of-fray-hortensio-felix-paravicino

Greco (dit), Theotokopoulos Domenico, Portrait du frère Hortensio Félix Paravicino, Vers 1609-1611, Huile sur toile, 112 × 86,1 cm, Boston, Museum of Fine Arts. Isaac Sweetser Fund. Photo: © 2018 Museum of Fine Arts, Boston. All rights reserved.

le-christ-en-croix-1600x0

Greco (dit), Theotokopoulos Domenico, Le Christ en Croix adoré par deux donateurs, 1595, Huile sur toile, 260 × 171 cm, Paris, musée du Louvre, département des Peintures. Photo: © musée du Louvre / RMN Grand Palais

lassomption-de-la-vierge

Greco (dit), Theotokopoulos Domenico, L’Assomption de la Vierge, 1577-1579, Huile sur toile, 403,2 × 211,8 cm, Chicago, The Art Institute of Chicago, don de Nancy Atwood Sprague en mémoire d’Albert Arnold Sprague Photo: © The Art Institute of Chicago / RMN-Grand Palais

saint-martin-et-le-pauvre

Greco (dit), Theotokopoulos Domenico, Saint Martin et le pauvre, 1597 - 1599, Huile sur toile, 193,5 x 103 cm, Washington, National Gallery of Art Photo: © Washington, National Gallery of Art / RMN-Grand Palais

HD-Saint-Francois-recevant-les-stigmates

Greco (dit), Theotokopoulos Domenico, Saint François recevant les stigmates, Vers 1585, Huile sur toile, 102,2 × 96,8 cm, Baltimore (Maryland), The Walters Art Museum. Photo: © The Walters Art Museum / RMN-Grand Palais

El_Greco_PurificationOfTemple_London

Greco (dit), Theotokopoulos Domenico, Le Christ chassant les marchands du Temple, Vers 1575, Huile sur toile, 116,9 × 149,9 cm, Minneapolis, Minneapolis Institute of Art, inv. 24.1 ; The William Hood Dunwoody Fund. Photo: © The Minneapolis Institute of Arts / RMN-Grand Palais

300dpi-Louverture-du-cinquième-sceau

Greco (dit), Theotokopoulos Domenico, L’Ouverture du cinquième sceau, dit aussi La Vision de saint Jean, 1610-1614, Huile sur toile 222,3 × 193 cm, New York, The Metropolitan Museum of Art; Rogers Fund, 1956. Photo: © The Metropolitan Museum of Art / RMN-Grand Palais